Inter-amap

Tout ce qui concerne l'inter-amap

Printemps 2013 : une situation catastrophique !

Un bilan climatique s'impose après un hiver maussade et un printemps particulièrement agité !

cultures innondees 2Ces quelques chiffres permettent d'apprécier l'ampleur des dégâts et les conséquences catastrophiques à venir pour les cultures maraîchères et autres productions agricoles pour les mois à venir. Les pertes et retard dans les productions sont importants. Cette situation est d'autant plus catastrophique sur le plan économique, qu'elle succède à une année 2012 déjà difficile.

 

Après un mois de mars froid, et un mois d'avril proche des normales saisonnières, le froid a fait son retour en mai. L'ensoleillement du printemps a été déficitaire, les déficits dépassent 30%.

  • Mois de février : la moyenne des températures maximales de : 10,8°c, et minimales: 3°C ; pluviométrie : 142 mm avec 20 jours de pluie.
  • Mois de mars : agité, plus froid et moins ensoleillé que la normale, épisode tardif de neige, et fortes pluies. Moyenne des températures maxi 15°C, des mini 6°C ; pluviométrie e 140mm avec19 jours de pluie
  • Avril : la douceur a fait une première apparition en milieu de mois rapidement suivie d'un nouveau rafraîchissement. La moyenne des T° maxi 17°C , mini 8°C ; 99mm avec 21 jours de pluie.
  • Mai : les températures moyennes sont inférieures aux normales saisonnières, les anomalies froides sont très marquées (T°moyenne maxi 16°C, des mini 9°C)
    Précipitations très abondantes, mois de mai le plus pluvieux depuis ces 25 dernières années, plus de 320 mm avec 25 jours de pluie, déficit d'ensoleillement. Parcelles inondées, terrains gorgés d'eau.

cultures innondees 3Ce bref rappel des conditions climatiques permet d'évaluer les difficultés traversées par les producteurs. En effet, les températures froides bloquent la croissance des légumes sous serre, dès leur plantation au mois d'avril, entraînant un retard de croissance. La combinaison de basses températures et d'hygrométrie importante accumulée fragilise les cultures les rendant vulnérables au parasitisme à venir dès un léger réchauffement.

 

Depuis le mois de février, au-delà du cumul de pluie, la fréquence des jours de pluie n'a pas permis le ressuyage des parcelles et l'accès au champ pour le travail du sol. Selon les parcelles, et la nature du sol, certains producteurs ont pu mettre en place des cultures plein champ, mais les basses températures et les fortes pluies du mois de mai, ont entraîné des pertes considérables sur les jeunes plants.

 

Actuellement, même si la situation s'améliorait les producteurs seront confrontés à la difficulté de se procurer des semences et jeunes plants pour renouveler les plantations, entraînant des coûts de production supplémentaires très importants. En effet, il faut au moins 2 mois pour obtenir un plant de légume pour les plantations de printemps, les disponibilités actuelles sont donc restreintes. De plus, le poste semences et plants avec la fertilisation, fait partie des charges les plus importantes des fermes maraîchères !

 

cultures innondees 1

Les fortes pluies ont saturé les parcelles en eau, l'accès au champ et le ressuyage des parcelles est difficile, les plantations à venir sont d'ores et déjà fortement compromises selon la nature des sols et l'exposition des parcelles pour rattraper certaines cultures d'été.

Cette succession d'années difficiles pose plus que jamais la problématique des structures maraîchères et souligne l'importance des serres pour assurer une production moins dépendante des conditions climatiques. Même si les productions sous abri vont accuser du retard, les serres permettent toutefois une protection des cultures face aux aléas climatiques.

 


Malgré les difficultés traversées, les maraîchers privilégient l'approvisionnement des paniers en AMAP au détriment des autres circuits de commercialisation comme les marchés ou la RHD, en retour de la relation de confiance établie et de l'investissement des AMAPiens.

Aussi, face à cette situation critique nous en appelons à la compréhension et à la solidarité de toutes et de tous, car les paniers risquent fort d'être peu diversifiés et étoffés!

Partager

Festival de la transition à Cluny

L'inter amap pays basque a participé à la rencontre du collectif de Miramap à l'occasion du festival de la transition à Cluny du 24 au 26 mai 2013.

cluny 1 

3 membres de l'IAPB ont pu, au travers des conférences et ateliers, se rendre compte que le pays basque est en route vers la transistion. Ce séjour a été consacré à un gros temps de réflexion sur Miramap et à la participation aux activités du festival.

 

Concernant la rencontre de Miramap qui s'est déroulée toute la journée du dimanche. Nous étions en compagnie de 2 personnes des amap de la gironde avec lesquelles nous travaillons sur le montage du réseau amap aquitaine.

 

cluny 2Une longue discussion a tourné autour du financement des postes des 2 salariés du réseau et des frais engagés par les missions confiées. Une recherche d'opportunités est déjà engagée. Ces dernières auront un impact sur la vie de notre réseau tant par les relations entretenues avec l'agriculture paysanne, que par notre dynamisme au travers de projets qui dépassent la vie de nos amap. Un large volet de partenariat s'ouvre bien évidemment avec l'agriculture biologique paysanne et locale, nous serons amenés à faire un point sur nos liens avec les structures qui appuient cette approche.

 

Un suivi du dossier de réécriture de la charte a été présenté. Après un retour des travaux locaux d'ici juin, un recensement des propositions sera effectué, un nouveau travail sera réalisé lors des rencontres Miramap de décembre 2013. Le texte ainsi écrit sera alors validé en assemblée général au 1er trimestre 2014.

Une séance de travail entre Miramap et le Mouvement de l'Economie Sociale a aussi attiré notre attention sur le fait que des réseaux se créent pour « proposer un autre projet de société basé sur des valeurs de solidarité, de partage et de réciprocité ».

D'autres assemblées générales ont eu lieu à ce même moment (Enercoop, Terre de liens, La Nef, le Mes, Attac... ce qui nous a permis de rencontrer un maximum d'interlocuteurs.

 

 cluny 3cluny 5cluny 4

 

Au delà de ces réunions, fonctionnait le festival avec ses tables d'information, conférences, ateliers, rencontres, moment de convergence. La délégation de l'IAPB a privilégié les thèmes liés à l'agriculture et aux démarches collectives et bien évidemment le temps de convivialité !

Toutefois nous avons planché sur , notre rapport à l'argent, le scénario afterres, collectif de la transition, l'habitat non conventionnel, l'agriculture urbaine, la psychologie et la sociologie de la transition...

 

Drôles de moments que nous font vivre cette inter amap pays basque, sachez que tout le monde peut participer à ces aventures !

Partager

Réécriture de la charte des AMAP

Le chantier est lancé au Pays Basque !

reecriture charte amap 1Le 20 avril une vingtaine de personnes concernées par les AMAP se sont réunies pour réfléchir sur l'intérêt et la manière de réviser la charte AMAP écrite en 2013.

Cette rencontre a bénéficié de la présence de Marie Gaudfernau technicien du Mouvement Interrégional des AMAP et de la mise a disposition du restaurant scolaire du collègue Chantaco de Saint Jean de Luz.

 

Marie nous a proposé une méthode de réflexion dynamique et très participative.

L'occasion nous a été donnée de réfléchir sur l'apport de la charte actuelle, mais aussi des difficultés qu'elle représente pour la bonne marche des AMAP.

Les participants étaient issus de 13 AMAP différentes. Dans la continuité, 5 personnes sont à l'œuvre pour faire la synthèse des travaux, et certaines d'entre elles vont commencer à remplir le document de restitution fourni par MirAMAP.

 

Une prochaine rencontre pour valider le positionnement des AMAP du Pays Basque sur la question de la charte sera organisée en juin.

Comme prévu lors de l'assemblée générale, cette 2ème réunion se fera dans un endroit le plus central possible afin de favoriser la participation des groupes de l'intérieur.

Dès que nous aurons trouvé une salle, une invitation vous parviendra.

 

Compte-rendu du premier chantier de réflexion

Partager

Naissance de la première AMAP d'Espelette

La 27ème AMAP au Pays Basque

amap espelette reunion 1aPar un vote à l'unanimité, le 21mars 2013, dans la salle à coté de l'église, l'AMAP d'Espelette est née. En présence de 12 futurs AMAPiens, et de 3 représentants de l'Inter AMAP Pays basque.

En tout, cette AMAP  démarre avec 17 signataires de contrat (5 personnes présentes lors de la première réunion étant en principe également partantes). Quel maraicher fournira cette AMAP ? Il s'agit de Francis Larrea de Mendionde, qui propose une rareté, un contrat légumes/fruits. Et le premier panier, celui dont on se souvient toujours, sera livré fin mai ou début juin, selon Francis.
Francis Larrea ayant précisé, lors de la première réunion, que son rythme idéal se situerait entre 20 et 30 paniers, l'AMAP d'Espelette peut encore accueillir de nouveaux membres. L'IAPB soutiendra la démarche en activant son réseau.


Déjà les détails logistiques sont mis en place :

  • la visite préalable chez le maraîcher  est prévue
  • la  distribution se fera  tous les jeudi à partir de 18h30 sous préau du marché couvert.

Un membre du groupe a accepté d'être la personne-relais entre le groupe et l'IAPB.

A noter que c'est avec 1 eusko que plusieurs membres de l'AMAP d'Espelette ont réglé leur adhésion à l'IAPB .

Pour toute information concernant les adhésions à cette AMAP, contactez : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

où inscrivez-vous en remplissant le formulaire ci-dessous.




Partager

L'inter-AMAP Pays Basque participe à la création de Lurzaindia

LURZAINDIA,
un dispositif d'achat collectif de terres agricoles

Depuis le 17 janvier, le GFAM Lurra s'est transformé pour devenir Lurzaindia et disposer d'avantage de moyens et de réactivité pour lutter contre la spéculation et installer des paysan-ne-s. La nouvelle structure permet une collecte permanente et plus large de l'épargne. Lurzaindia pourra intervenir sans délais lorsque des terres agricoles seront menacées de perdre leur vocation nourricière. Pour 2013, Lurzaindia vise à collecter 350 000 euros, auprès de toutes les personnes intéressées comme auprès des institutions, entreprise, associations...

Lurzaindia est gérée par un collectif réunissant ELB, Arrapitz, EHLG et l'Inter AMAP Pays Basque. Autant de structures garantes des valeurs de l'agriculture paysanne, de la défense des paysan-ne-s et des consommateurs désireux de soutenir et de consommer des produits de proximité et de qualité.

Selon Marie-Chistine. Elizondo (paysanne en AMAP et membre de Lurzaindia), "grâce à Lurzaindia, nous espérons pouvoir remédier à la disparition annuelle de près de 1 000 hectares de terres agricoles au Pays Basque Nord". Plus que jamais, l'enjeu du maintien du foncier agricole semble essentiel, eu égard à la gestion du territoire et au développement agricole et rural. Il faut stopper les ventes spéculatives et permettre l'installation et le maintien de plusieurs fermiers.

Les objectifs pour l'année 2013

"Lurzaindia est une force qui veut s'impliquer dans l'aménagement du territoire du Pays Basque, en intervenant à chaque fois qu'il y a des dérives en matière d'utilisation de la terre", avance M.-C. Elizondo. Pour ce faire, l'objectif est de parvenir à collecter 350 000 euros d'ici novembre 2013. La valeur nominale de l'action de Lurzaindia est fixée à 1 euro et la souscription minimum à 20 euros, de sorte que le plus grand nombre puisse participer au projet.

Notons par ailleurs que Herrikoa et Terre de liens adhèrent et soutiennent la démarche de Lurzaindia et sont membres de droit du conseil de surveillance de Lurzaindia.

Toute personne physique ou morale peut devenir actionnaire de LURZAINDIA. Un appel est lancé aux individus ainsi qu'aux communes, aux collectivités, aux associations et aux entreprises.

Infos et souscription en ligne : www.lurzaindia.eu

1009691EtxaldeLogo Lurzaindia

Partager
Lurzaindia
Pour protéger la terre agricole de la spéculation immobilière. L'outil d'chat collectif de terres agricoles au Pays Basque.
Faire un don
Les dons sont les seules ressources permettant à l'Inter-AMAP Pays Basque de mener à bien ses missions.
CIVAM Bio du Pays Basque
Mouvement Inter-Régional des AMAP
Dépositaire de la charte des AMAP, l'Inter-AMAP Pays Basque est membre de Miramap

logosite envie de paysans

Pas de bonne bouffe
sans paysans !

Pegatina-Eusko
Adhérez à l'Eusko et aidez l'Inter-AMAP Pays Basque