Abattage des volailles : ALERTE MOBILISATION !

ELB (syndicat de la confédération paysanne du Pays Basque), appelle tous les paysans et les consommateurs solidaires des élevages menacés d'abattage préventif et plus généralement soucieux des élevages de plein air, des circuits courts, des produits de qualité à

être devant les fermes Prébendé de Gabat, Berho de Domezain, Uhartia de Barcus demain 12 avril à partir de 9h.

 

 

Coordination de la mobilisation au 05-59-37-21-08.

Bernadette PREBENDE, éleveuse de volailles, fournit 3 de nos AMAP.

Nous refusons catégoriquement que son cheptel sain soit abattu. Pour se rendre chez elle :

 

  • Ferme LUMA, Quartier Mailharroa, 64120 GABAT (avant St-Palais en venant de la côte)
  • Coordonnées GPS : 43°22'25.9"N 1°02'21.9"W

Bernadette PREBENDE (Ferme LUMA, 64120 Gabat)

 

Partager

Renforcer les droits humains des paysan-ne-s

agriculteurs-suicideAssassinats, expulsion de paysan.ne.s de leurs terres, intoxication de travailleu.ses.rs agricoles par des pesticides... Les violations des droits humains fondamentaux des paysan.ne.s et autres personnes travaillant dans les zones rurales sont nombreuses.

 

 

C'est pourquoi, le Conseil des droits de l'homme a décidé d'élaborer une déclaration pour défendre leurs droits. Mais la France et de nombreux Etats européens manifestent de telles réserves à se saisir du dossier que cela revient à s'opposer au projet lui-même.

 

Une pétition européenne a donc été lancée pour demander aux pays européens de soutenir la Déclaration. Même si le contexte électoral français est dense, plusieurs organisations françaises ont décidé de la relayer en France, dont la Confédération paysanne, le CFSI, FIAN, SOL et la Fédération Artisans du Monde.

 

Une réunion majeure du groupe de travail chargé d'élaborer la Déclaration aura lieu du 15 au 19 mai, au Conseil des droits de l'homme. Il est important qu'avant cette date un maximum de citoyens se mobilise pour demander au Ministre français des affaires étrangères de soutenir la Déclaration et de contribuer de manière constructive à son contenu.

 

Merci de signer et diffuser cette pétition : https://peasantsrights.eu/fr_index.html

 
Pour en savoir plus sur le projet de Déclaration
Partager

Statu quo sur le sort des élevages autarciques

oeufs-un-virage-historique 3228958 517x330pLe vendredi 31 mars, une centaine de paysans et de consommateurs se rassemblaient à Gabat pour dire leur soutien aux éleveurs autarciques menacés d'abattage préventif de leurs poules ou canards.

 

Suite à cette action massive, les services vétérinaires (que nous avions rencontrés quelques heures avant le rassemblement) ont souhaité une nouvelle réunion qui a eu lieu le mercredi 5 avril.

 

Une longue discussion a permis à chacun de donner ses arguments. Néanmoins, la DDPP (Direction départementale de la Protection des Populations) estime que la loi doit s'appliquer. Ainsi les arrêtés préfectoraux donnant ordre d'abattage de trois exploitations autarciques vont être pris de façon imminente. Il s'agit d'exploitations de canards à Barcus et Domezain, et d'un élevage de poulets à Gabat.

 

La délégation d'ELB a rappelé la situation de ces élevages fonctionnant en circuit fermé (aucun animal vivant ne sort de ces fermes), sans intervenant extérieur (vecteur possible de contamination), veillant à protéger leur cheptel des risques sanitaires et, du fait de ce fonctionnement, n'exposant pas d'autres élevages à des risques qui pourraient surgir chez eux.

 

Le directeur de la DDPP nous a indiqué qu'il ne souhaite pas passer en force mais il veut appliquer la loi.

Nous voulons que le ministère prenne conscience de la situation particulière de ces élevages. Nous continuons à réunir les arguments sanitaires pour montrer que les risques sont contenus et nous entendons bien continuer à négocier pour obtenir gain de cause.

 

Dans l'attente, nous demandons à tous ceux qui soutiennent cette action de continuer à se tenir prêts à la mobilisation. En cas d'arrivée des services sanitaires sur les élevages concernés, le soutien collectif s'organisera pour ne pas laisser faire.

 

Partager

Face à l'incompétence, entrons en résistance

Bernadette Prébendé, éleveuse de poules pondeuses à Gabat qui fournit plusieurs AMAP du Pays Basque, est condamnée malgré elle à l'abattage de son cheptel sain. L'Inter-AMAP Pays Basque appelle son réseau et la population dans son ensemble à soutenir la revendication des paysans qui refusent de voir leurs fermes décimées sans raisons justifiées.

 

Dès à présent, nous vous invitons à suivre cette actualité et à rester vigilant afin de rejoindre les actions de résistance qui seront menées dans les jours qui suivent .

 

resistance-grippe-aviaire

 

De quoi parle-t'on ?

Comme pour les humains, Le virus de la grippe a toujours été présent dans l'environnement des volailles. On constate que les épisodes épidémiques provoquent beaucoup de dégâts dans les élevages à forte concentration qui caractérisent les systèmes industriels. A contrario, les petites fermes avec des élevages de plein air et autarciques ne connaissent pas la fulgurance de ces contaminations.

 

Malgré le renforcement des décrets et l'empilement des décisions de biosécurités imposées par l'état depuis 2015 (premier évènement médiatisé), la situation ne s'améliore pas... Tout simplement car les pratiques industrielles ne changent pas, notamment la sectorisation et la spécialisation des activités qui génèrent de nombreux déplacements des volailles vivantes propageant ainsi les virus. Aujourd'hui, l'état impose l'abattage systématique des cheptels, sains ou pas, industriels ou pas. Ces mesures se trompent de cible et provoquent une gestion de crise lamentable.

 

 

L'abattage sans discernement entraîne des conséquences insurmontables pour les paysans car il engendre l'arrêt total de l'activité de la ferme. Au-delà, c'est la perte de la biodiversité qui est en jeu, en nous imposant un modèle unique de production, standardisé, et un choix d'approvisionnement alimentaire qui n'existera plus. Protégeons plutôt les poules saines au lieu de les abattre !

 

Alors que l'industrie fait payer à tous les dégâts générés par son organisation, les paysans ne peuvent s'appuyer que sur leurs réseaux de confiance pour se protéger.

 

En conséquence, et pour toutes ces raisons, l'Inter-AMAP Pays Basque invite la société civile à montrer sa détermination en s'opposant à ces abattages aveugles !

 

 


 

Des ressources pour aller plus loin :

 

Partager

L'inter-AMAP Pays Basque est en deuil

luc-alonso-gonzalesC'est avec une immense tristesse que nous avons appris le décès de Luc Alonso-Gonzales.

 

Luc s'était impliqué dès le départ dans la mise en place de l'Inter-AMAP, notamment pour la réalisation du site internet ; il en avait également été le secrétaire pendant 3 ans, avant de repartir en Bourgogne, dont il est originaire, et afin se rapprocher de sa maman qui venait déjà de perdre un fils.

 

L'Inter-AMAP Pays Basque mais aussi l'AMAP de St-Jean-de-Luz Donibane, Luc était actif dans la vie de notre mouvement et, malgré l'éloignement et ses occupation professionnelles, il continuait à suivre notre actualité et s'était un plaisir de rester en contact avec lui.

 

Nos pensées se tournent aujourd'hui vers sa famille et plus particulièrement vers sa compagne, Laurence, ainsi que sa maman que la vie n'aura décidément pas épargnée.


Adieu Luc !

Partager
Lurzaindia
Pour protéger la terre agricole de la spéculation immobilière. L'outil d'chat collectif de terres agricoles au Pays Basque.
Un verger à Urt
Démarré en 2014, participez au chantier de réhabilitation d'un verger à Urt.
Faire un don
Les dons sont les seules ressources permettant à l'Inter-AMAP Pays Basque de mener à bien ses missions.
CIVAM Bio du Pays Basque
Mouvement Inter-Régional des AMAP
Dépositaire de la charte des AMAP, l'Inter-AMAP Pays Basque est membre de Miramap

logosite envie de paysans

Pas de bonne bouffe
sans paysans !

Pegatina-Eusko
Adhérez à l'Eusko et aidez l'Inter-AMAP Pays Basque