Vous étiez au courant ?

LURRAMA 2018
du 16 au 18 décembre à la Halle d'Iraty

L'Inter-AMAP recherche des bénévoles pour tenir une table d'info >>> Plus d'info

Barcus, Domezain, Gabat : Une caisse de solidarité pour les trois fermes

banniere-solidarité

Suite de l'affaire « non à l'abattage des cheptels sains »

Nous en sommes à l'épisode où les cheptels sains des trois fermes ont été épargnés de l'abattage automatique.

Abattre aurait donné droit à une indemnisation de la part de l'État (estimation pour la ferme de Domezain : 26 000 €), mais garder le cheptel en vie impose de prouver qu'il reste sain par le biais d'analyses sanitaires régulières qui, elles, ne sont pas prises en charge par l'État (estimation pour la ferme de Domezain : 5 400 €).

 

Cela signifie que, d'une part cette décision de sauvegarder les cheptels fait faire des économies à l'État (donc à nous), mais que, d'autre part, l'État ne semble pas s'en rappeler !

 

L'Inter-AMAP Pays Basque poursuit son soutien à la décision de ne « pas tuer pour rien » et reste solidaire de la situation vécue dans les trois fermes.

 

La totalité des analyses est estimée à 20 000 € !

 

Une caisse de solidarité est ouverte pour aider au paiement des analyses. Tous ceux qui souhaitent apporter leur contribution peuvent :

 

Résister c'est exister ! Alors exprimez votre détermination à pouvoir choisir votre alimentation en maintenant des pratiques agricoles soucieuses de l'environnent, du bien-être animal et de l'être humain.

 

D'avance merci à tous !

 

Partager

Les animaux sains sont sauvés, l'administration accepte la surveillance sanitaire !

mobilisation abattage élevages sains

Après plusieurs semaines de négociation et de confrontation, les élevages de poules et canards sains de Gabat, Domezain et Barcus seront finalement soumis à une surveillance sanitaire rapprochée, écartant définitivement le risque d'abattage préventif. Le bon sens l'a finalement emporté.

 

 

Les trois fermes viennent de recevoir les arrêtés préfectoraux les plaçant sous surveillance sanitaire, comme le réclamait ELB ces dernières semaines en arguant du fait que cette proposition entre totalement dans le cadre réglementaire puisqu'elle est prévue à l'article 4 de l'arrêté du 31/03/2017 qui régit les conditions du vide sanitaire. Les éleveurs devront réaliser des analyses tous les 21 jours dont les premières seront faites ce jour.

 

A ce titre, nous voulons clarifier les contrevérités répétées dans les médias par la FDSEA et les JA laissant entendre que le non abattage à Gabat, Domezain et Barcus compromet le vide sanitaire de centaines d'éleveurs. Ces allégations sont totalement fausses, l'arrêté définissant le vide sanitaire est très clair, celui-ci s'achève le 29 mai pour tous et l'existence d'élevages non dépeuplées est prévue dans l'arrêté (qui en fixe les conditions). On comprend bien qu'il ne reste plus que l'intox aux deux syndicats pour discréditer une action collective exemplaire.

 

C'est effectivement la mobilisation collective, plurielle et déterminée, basée sur des arguments sanitaires de bon sens qui a permis une issue raisonnable à cette affaire. Néanmoins, la rédaction des arrêtés reçus par les éleveurs, le coût des analyses imposées et le comportement de la DDPP (visite sanitaire extrêmement rude chez Bernadette Prébendé hier) nous laissent penser que l'administration pourrait user de toutes ses armes pour exercer des représailles. Nous n'accepterons évidemment pas un tel comportement et nous nous mobiliserons à nouveau si quelconque harcèlement était mis en évidence.

 

La bataille de ces dernières semaines a été la démonstration qu'il ne s'agissait pas seulement de sauver quelques poules et canards sains mais bien de soutenir une agriculture et une alimentation de qualité face aux dérives des modèles industriels et à l'intransigeance des pouvoirs publics qui, consciemment ou non, les servent. La diversité des manifestants de ces derniers jours le montrent bien.

 

La prochaine bataille sera celle de faire accepter des normes de « biosécurité » adaptées au niveau de risque des exploitations, les mesures actuelles n'étant ni plus ni moins que des outils de destruction des élevages fermiers et de plein air.

 

Partager

600 personnes pour s'opposer à l'abattage des cheptels sains

Encore un fois le syndicat ELB et la population dans ses différentes composantes (élus, agriculteurs, consommateurs) se sont levés très tôt pour dire à nouveau NON à des décisions administratives dépourvues de bon sens mais coûtant affreusement cher à tout le monde !

 

Les agents de la DDPP et leurs nombreux acolytes CRS dépêchés spécialement pour la séance ont du rebrousser chemin, non sans avoir laissé quelques relents de gaz nauséabonds sur le site de Gabat. Une attitude intolérable et complètement disproportionnée !

 


ELB propose à nouveau une sortie de crise en invitant ceux qui sont à l'origine du problème et de sa gestion lamentable, à réfléchir à d'autres solutions pour en sortir.

RESTONS MOBILISES !

Partager

Abattage préventif : NOUVELLE MOBILISATION !

poules-2Mobilisation et Soutien sont toujours toujours dans notre panier.


Malgré les négociation engagées suite au refus d'abattage exprimé par le syndicat agricole ELB et l'Inter-AMAP Pays Basque, rien ne bouge et les menaces demeurent.

 

Un nouveau rassemblement pour dénoncer la situation est prévu ce vendredi 21 avril à 10h30 à Domezain.

 

Lieu de rendez-vous à Domezain
Ferme EYHARTZEA, Place de l'Eglise, 64120 DOMEZAIN-BERRAUTE
Coordonnées GPS : 43°19'06.7"N 0°59'14.1"W

 

Consommateurs, élus et paysans y sont attendus en nombre !

 

Vous pouvez aussi vous exprimer via la pétition ci dessous

http://www.mesopinions.com/petition/politique/abattage-nos-animaux-sains/29692

 

Partager

Abattage préventif : le bras de fer continue !

Le vendredi 14 avril, des centaines de paysans et consommateurs étaient rassemblés devant les fermes de Gabat, Domezain et Barcus, pour empêcher l'abattage des poules et canards sains. Devant cette détermination, les services sanitaires ont dû faire demi-tour, sans pouvoir réaliser les abattages prévus.

 

poule-2

L'administration n'a pas tardé à rétorquer puisqu'elle a convoqué les trois éleveurs à la préfecture en fin d'après-midi, non pour tenter de trouver une issue négociée mais pour leur signifier qu'il ne devra y avoir aucun animal sur leur ferme d'ici la fin de la semaine. A défaut d'une solution trouvée par les éleveurs eux-mêmes, l'administration se chargera de venir faire le ménage !


L'administration ne veut donc rien entendre, encouragée par la FDSEA qui l'exhorte à passer en force pour détruire les trois élevages. Les propos du président de la FDSEA, qui traite d'« 'irresponsables »* tous ceux qui soutiennent le refus d'abattage, illustre une nouvelle fois la position du syndicat plus prompt à défendre les intérêts du système industriel que ceux des paysans qui se battent simplement pour défendre leur outil de travail.


Pourtant, la mobilisation ne faiblira pas !

L'administration le sait et elle se ridiculiserait à aller avec matraques et violences tuer des poules et des canards sains en piétinant maires, consommateurs et paysans.

 

Si l'administration engage des procès, nous serons des centaines devant les tribunaux. Si elle veut tuer économiquement les trois éleveurs à coup d'amendes ou de frais d'analyses démesurés, qu'elle sache que les caisses de solidarité sont déjà en train de se remplir.


Comme depuis trois semaines maintenant, nous réclamons une solution négociée pour que les trois fermes conservent leurs animaux sains avec une surveillance appropriée face aux éventuels risques sanitaires. Comme nous le répétons aux autorités sanitaires, preuves en main, d'autres départements ont agi avec des protocoles évitant l'abattage préventif systématique.

 

C'est ce que nous réclamons !

Partager
Lurzaindia
Pour protéger la terre agricole de la spéculation immobilière. L'outil d'chat collectif de terres agricoles au Pays Basque.
Un verger à Urt
Démarré en 2014, participez au chantier de réhabilitation d'un verger à Urt.
Faire un don
Les dons sont les seules ressources permettant à l'Inter-AMAP Pays Basque de mener à bien ses missions.
CIVAM Bio du Pays Basque
Mouvement Inter-Régional des AMAP
Dépositaire de la charte des AMAP, l'Inter-AMAP Pays Basque est membre de Miramap

logosite envie de paysans

Pas de bonne bouffe
sans paysans !

Pegatina-Eusko
Adhérez à l'Eusko et aidez l'Inter-AMAP Pays Basque